Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent
Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent
[Photo] Algues bleu-vert
Action régionale

Nous vous présentons une initiative adaptée à notre réalité régionale.


Formulaire d'inscription
Répertoire des ressources et des actions régionales

Descentes de bateaux


Dans plusieurs lacs, l’entrée de la propriété est en ligne droite avec la descente de bateau vers le lac. Cela n’empêche aucunement l’écoulement de l’eau lors d’événements de pluie. Le ruissellement est alors plus élevé et la capacité de l’eau à transporter les sédiments est alors augmentée. Les rigoles sont des signes indicateurs de la présence de cette problématique.

Exemple d’un ruissellement direct via un accès au terrain (Auteur : OBVMR_2010)

© OBVMR, 2010

La même problématique se présente lorsqu’une descente de bateau est construite perpendiculairement, plutôt qu’en biais au plan d’eau. Souvent, le sol y est dénudé et à ce moment, le ruissellement est alors abondant vers le lac. Lorsque ces descentes sont couvertes d’herbes, l’apport de sédiments, et par conséquent de matières nutritives, au lac est diminué, réduisant la présence de plantes aquatiques dans le littoral. Il serait également pertinent de favoriser le partage des descentes de bateaux entre les villégiateurs, plutôt que chacun ait la sienne.

Le guide d’interprétation de la politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs (2007) contient une section concernant l’accès au plan d’eau. Elle stipule qu’une ouverture de 5 mètres de largeur donnant accès au plan d’eau peut être pratiquée lorsque la pente est inférieure à 30%. Toutefois, il est mentionné que cette ouverture provoque à moyen terme un chemin préférentiel pour les eaux de ruissellement, l’érosion et le ravinement. Afin de remédier à la situation, le chemin menant au plan d’eau doit former un angle de 60 degrés avec la ligne du rivage. Au bord de l’eau, l’accès doit être aménagé perpendiculairement à la ligne du rivage et il est important de laisser cette ouverture couverte de végétation (herbacée). Il ne faut pas confondre cet accès à l’eau avec une rampe de mise à l’eau. Selon la politique (page 48) :

« [...] bien que cette ouverture puisse être utilisée sporadiquement pour mettre à l’eau ou l’en sortir une embarcation légère, elle ne doit pas être aménagée comme une voie carrossable et encore moins bétonnée ou asphaltée. Les grosses embarcations et les bateaux qui nécessitent une rampe d’accès devraient toujours être mis à l’eau à partir d’un site public aménagé à cette fin. »

(MDDEP, 2007)

Documentation
Liens utiles

Partager Facebook Twitter | Print AmiE Haut de page
[Mod] Dernière mise à jour : 2011-02-02

 


Accueil | Publications | Membres | Plan du site | Recherche | À propos | Nous joindre

Copyright © 2011-2014 Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent - Design Luci Côté - Tous droits réservés. Propulsé et hébergé par Neural 3.1
Conception Oznog co. Multimédia