Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent
Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent
[Photo] Le conseil

COMMUNIQUÉ

Élections Canada 2021 : Le Conseil de l’environnement appelle à voter pour le climat

Communication, Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent

le 13 septembre 2021

Rimouski, le 13 septembre 2021 - Dans le cadre des élections fédérales, le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) souligne à gros traits la notion d’urgence climatique qui devrait dicter le choix de la population. Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est le plus alarmant jamais publié et l’avertissement est sans équivoque : la vie, la sécurité, la biodiversité et les modes d’existence de certaines populations humaines seront gravement menacés si on ne donne pas maintenant un sérieux coup de barre. Ceci est particulièrement vrai dans les régions côtières comme le Bas-Saint-Laurent.

Le CREBSL demande aux candidates et aux candidats de prendre des engagements fermes pour opérer un virage draconien garantissant une obligation de résultats à court terme afin d’éviter la catastrophe climatique.

La fin des plans qui ratent leurs cibles

Depuis les 1ers engagements du Canada pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES), les gouvernements précédents n’ont jamais réussi à atteindre leurs cibles. Ils ont même favorisé le développement des énergies fossiles contre toute logique : c’est le secteur qui contribue le plus au bilan de GES au pays ! Plus encore, les objectifs canadiens sont beaucoup moins ambitieux que les cibles proposées par les experts climatiques mais les émissions de GES ont malgré tout continué à progresser. À la rencontre du G7 en août dernier, le Canada était le seul pays qui avait augmenté ses émissions de GES depuis l’Accord de Paris.

Un seul bon plan : une sortie rapide du pétrole

Près de 25 % des émissions de GES au Canada provient de l’exploitation des hydrocarbures et autant provient du secteur des transports. Près de la moitié des GES émis au Canada est donc liée aux énergies fossiles. Et la tendance est à la hausse, surtout dans le cas du pétrole des sables bitumineux, dont l’exploitation et l’expansion continuent d’être soutenues financièrement par les gouvernements canadiens successifs. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) recommande pourtant de cesser toute nouvelle extraction d’énergie fossile pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

« Maintenant ou jamais »

C’est le cri du cœur lancé par le GIEC. Les politiciens doivent cesser de parier sur des mesures inefficaces à court terme qui reposent sur une pensée magique : promesses de technologies encore immatures, changements par petits pas tranquilles, approches volontaires et peu coercitives, etc. On joue aux dés avec notre avenir ! L’urgence climatique appelle de vrais résultats probants et rapides. En priorité, il faut cesser de financer l’expansion de l’industrie gazière et pétrolière, imposer un prix du carbone fortement dissuasif, adopter des mesures règlementaires sévères et soutenir massivement les infrastructures de transports collectifs.

Le CREBSL invite la population à voter pour le parti qui s’engagera formellement à miser sur de telles mesures qui offrent une garantie de résultats à court terme.

- 30 -

Source et informations :

Luce Balthazar, directrice générale

418 721-5711

418 750-8732 (cellulaire)

Version imprimable
Partager Facebook Twitter | Print AmiE Haut de page
[Mod] Dernière mise à jour : 2021-09-13

 


Accueil | Publications | Membres | Plan du site | Recherche | À propos | Nous joindre

Copyright © 2011- Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent - Design Luci Côté - Tous droits réservés. Propulsé et hébergé par Neural v7.0
Conception Oznogco Multimédia